ABATTOIR INTERCOMMUNAL DE SOULE (64) : LA LOI A NOUVEAU BAFOUEE DANS L'INDIFFERENCE GENERALE

MARS 2016 • Communiqué de presse 

 

La Société Protectrice des Animaux (SPA) a pris connaissance des images d'une intolérable cruauté rendues publiques par l'association L214 ce mardi 29 mars. Après l'abattoir d'Alès et celui du Vigan, c'est au tour de l'abattoir intercommunal de Soule, situé à Mauléon-Licharre (64) de nous apporter la preuve que la réglementation et les lois encadrant l'abattage des animaux sont bafouées sur le territoire français. La SPA suit attentivement le dépôt de plainte et se constituera partie civile aux côtés de l’association L214.

Ces images d'une insoutenable violence viennent corroborer le fait que la loi interdisant l'abattage sans étourdissement n'est pas respectée en France. Pourtant, l'encadrement de ces pratiques est très clair et ne permet en aucun cas ces pratiques barbares. Visiblement, l'Etat français est aujourd'hui dans l'incapacité de faire appliquer les règles qu'il a lui-même instaurées !

La SPA demande une nouvelle fois aux politiques français de s'engager dans le combat contre la souffrance des animaux. Cela passe par la mise en place obligatoire de moyens de surveillance par vidéo, d'une inspection rapide des installations existantes et de leur fermeture immédiate en cas de non-respect des règles de bien-être animal. Des enquêtes sérieuses devraient également être lancées afin de vérifier que le matériel utilisé est adapté et les salariés formés.

La SPA suit de près les suites données à cette affaire et se constituera partie civile afin que les responsables, mais aussi chacun des auteurs de ces actes, puissent être poursuivis individuellement et faire l’objet des peines les plus lourdes.

 

Pour Natacha Harry, Présidente bénévole de la SPA,
« Il n'est pas acceptable que, dans notre pays, à notre époque et avec l'arsenal législatif qui est celui de la France, de telles pratiques puissent encore exister. L'étourdissement, correctement effectué, avec des outils adaptés, par des personnels formés n'est pas une option, mais bien une obligation légale qui doit être appliquée avec rigueur. Demain, ces actes de grande cruauté seront jugés comme ceux d'une civilisation barbare par nos enfants. Il est désormais urgent d'agir ! »

 

LA SOCIETE PROTECTRICE DES ANIMAUX

  • Première association de protection animale, créée en 1845 et déclarée d’utilité publique en 1860,
  • 62 refuges et Maisons SPA, dont un Grand Refuge pour accueillir les équidés, ainsi que 12 dispensaires en France,
  • 1 Cellule Anti-Trafic pour lutter contre les réseaux organisés,
  • 600 salariés, 3 000 bénévoles (dont 1 000 délégués-enquêteurs au quotidien sur le terrain),
  • 38 311 animaux adoptés en 2015.

 

Contact Presse : Muriel Chrisostome - 01 43 80 73 19 / 06 73 23 63 16 - m.chrisostome@la-spa.fr