A.L.F., le carton plein !

Actualités
A.L.F., le carton plein !
Le vendredi 9 novembre 2012

A.L.F., le carton plein !

 

Le film de Jérôme Lescure a rencontré un grand succès à son lancement, avec deux premières projections plus que combles. Mais ces nombreux spectateurs ont-ils été satisfaits du film qu'ils ont vu sur l'écran ? Nous sommes allés le leur demander.
 
La diffusion hier soir à Paris du film A.L.F., qui s'oppose à la maltraitance animale (en particulier la vivisection), fut un véritable succès. Les 50 places que la SPA avait à offrir pour cette séance sont véritablement parties comme des petits pains et, l'heure de la projection venue, plus de 100 personnes se sont retrouvées sur le carreau. La salle du cinéma Publicis, d'une capacité non négligeable de 400 personnes, n'a pas été en mesure d'accueillir la totalité des spectateurs qui voulaient voir le film. D'ailleurs, la séance s'est déroulée avec de nombreuses personnes debout, ou assises dans les allées, devant le manque de fauteuils.
 
L'affluence était telle que même les proches de certains acteurs du film n'ont pas pu avoir de place pour assister à la projection !
 
Ce début prometteur (il s'agissait de la seconde projection publique du film, la première ayant eu lieu la veille à Compiègne et ayant rencontré le même succès) est une bonne nouvelle pour toute l'équipe du film, car, si l'affluence se poursuit, il est fort probable qu'A.L.F. puisse alors être diffusé dans d'autres salles obscures.
 
Mais, qu'ont réellement pensé les tous premiers spectateurs du film ? Voici les témoignages (aux avis différents, vous le verrez) de trois gagnants du concours SPA, qui ont assisté à la projection parisienne du jeudi 8 novembre 2012 :
 
Valérie M. : "Formidable film ! Beaucoup d’émotions.  Merci pour les places.  L’équipe du film était bien présente et ils ce sont prêtés au jeu des questions bien gentiment. La salle était blindée, c’était chouette, en espérant que le film sera encore diffusé !"
               
Yves D. : "J'ai trouvé ce film courageux par son thème -rien que cela lui donne un immense mérite - mais très moyen par sa réalisation. Ambiance glauque avec toutes ces cigarettes alors que les défenseurs des animaux sont plutôt tendance écolo. Glauque aussi par le climat qui est représenté ici... Plus dramatique que la réalité sur le terrain, aux dires même des activistes que j'ai vus hier soir. Donc thème bien inspiré, mais scénario et climat du film beaucoup moins. Dommage.

Les questions de la fin n'ont pas abordé le principal : A.L.F. en pratique, que font-ils concrètement ? Il paraît que le film s'inspire d'un cas réel, mais encore ? Et si certains veulent agir, comment agir ?"

Emeline L. : "En me levant ce matin, j'ai senti que quelque chose n'allait pas, était différent. Impossible pour moi d'oublier les images que j'ai vu hier soir lors de la diffusion d'ALF.

Parcourant presque tous les jours des sites comme celui de la SPA ou 30 Millions d'amis, j'étais déjà très sensibilisée à la cause animale. C'est quelque chose qui est en moi depuis toujours mais qui ne s'est vraiment révélé que lorsque j'ai adopté une chatte adulte dans un refuge il y a maintenant deux ans. Quoi qu'il en soit, ce film a, certes, décuplé ma peine, mais aussi mon envie et mon besoin d'engagement envers les animaux de toutes espèces ainsi qu'envers la nature.
 
Peu importe que l'on aime le jeu des acteurs ou non. Peu importe que l'on aime l'histoire des personnages de ce film ni même l'angle sous lequel ce dernier est tourné. ALF a, je le pense, su éveiller les consciences, informer les Hommes sur ce qu'ils refusent de voir. C'est une fiction difficile à regarder jusqu'au bout, je le consens, mais si cette heure et demi devant l'écran est insupportable,  elle est incomparable à la souffrance que l'on inflige aux animaux, entre autres à ceux maintenus captifs en laboratoire et destinés à la vivisection et envers lesquels certains chercheurs font preuve d'une grande cruauté non nécessaire à l'accomplissement de leur tâche.
 
ALF est davantage tourné vers les Hommes que les animaux dans le sens où il exhibe à la fois leur cruauté et leur empathie envers les êtres d'un autre genre qu'humain. Et c'est là sa grande force.
 
Grâce à un large panel de personnages, Jérôme Lescure et son équipe ont montré que les défenseurs des animaux ne sont pas des individus farfelus vivant en dehors de leur temps mais qu'ils peuvent ressembler à n'importe qui, être issus de n'importe quelle classe sociale, et que nous pouvons les rencontrer au sein de n'importe quelle profession. Ces individus très ordinaires portent tous quelque chose d'extraordinaire en eux : la douleur et la culpabilité envers ces animaux et envers ce que leur font subir leurs semblables, les êtres humains.
 
Enfin, l'équipe d'ALF a, selon moi, réalisé un exploit. En effet, les personnages, ont, par moment, réussi à faire ressentir au public la tristesse sincère qu'ils ressentaient pour ces animaux. Beaucoup de gens ne comprennent pas que certains puissent parfois ne pas trouver le sommeil ou se sentir déprimés lorsqu'ils pensent à ces animaux et à ce que leurs congénères leur font subir. Hier, je pense que beaucoup d'individus ont enfin eu l'impression de ne pas être seuls à ressentir ces sentiments étranges et même parfois terrifiants. Même si cette prouesse n'est pas visible et réussie dans toutes les scènes, le fait qu'au moins une fois, chaque personnage ait pu parvenir à transmettre ce sentiment au public fait pour moi de ce film une franche réussite.
 
J'ai eu la chance de gagner 4 places pour aller voir ce film. Je n'y suis volontairement pas allée avec des gens trop concernés par la cause animale. Ils l'étaient mais avec "parcimonie". Après le visionnage du film, leur regard avait changé et ils m'ont remercié d'avoir pu leur permettre de voir ce film. Ils étaient tous bouleversés et décidés à changer quelque chose dans leur mode de vie". 
 
 

Partager l'article

Sur le même sujet :

Dispositif SOS

Concerne un animal, soit :

Aidez-le à prendre un nouveau départ !