Face à la recrudescence des arnaques aux chiots, la SPA demande au Bon Coin d'être plus vigilant

Actualités
Face à la recrudescence des arnaques aux chiots, la SPA demande au Bon Coin d'être plus vigilant
Le mercredi 17 octobre 2012

Face à la recrudescence des arnaques aux chiots, la SPA demande au Bon Coin d'être plus vigilant

Paris, le 27 août 2012 - LETTRE OUVERTE AU BON COIN

De plus en plus de personnes nous contactent pour se plaindre d'escroqueries en ligne portant sur des dons de bébés animaux, qui se révèlent toujours au final très coûteux pour la personne qui s'était montrée intéressée. La SPA vous déconseille de vous tourner vers Internet pour acquérir un compagnon à quatre pattes et vous rappelle qu'en cette période estivale, ses refuges sont pleins à craquer en attente de votre visite.

Le mode opératoire est toujours le même. Autour d'une histoire larmoyante accompagnée de photographies de chiens craquants, qu'il est bien entendu urgent de sauver, se greffe une arnaque financière.

Il est généralement question d'une mutation à l'étranger, forçant le maître éploré à se séparer à grands regrets de son chiot (comme par hasard, toujours "âgé de 3 mois, pucé, vacciné et vermifugé"). Dans 80% des cas, la personne aurait déménagé en Afrique (où le chien "ne s'habitue pas au climat et souffre trop de la chaleur") ; et dans 20% des cas, en Angleterre (la femme est enceinte, le mari travaille beaucoup, alors le couple ne "trouve plus assez de temps à consacrer" à son chiot).

Et c'est là que se noue l'arnaque : les soit disant français expatriés proposent de donner leur chiot -toujours d'une race chère et à la mode- contre bons soins. Mais, comme la petite bête est à l'étranger, il va falloir la faire venir en France par avion. Le maître dirige alors l'internaute vers une société de transport aérien qui semble être très professionnelle, et là, deux variantes existent. Dans le premier cas, il est demandé à l'acquéreur du chiot de régler les frais de port (d'environ 200 euros) à l'entreprise factice. Dans la seconde version, le propriétaire du jeune animal affirme prendre le transport en charge, sauf que le jour de la livraison, il y a toujours un problème avec la douane qui refuse de laisser passer les animaux : pour que "Trésor" ne soit bloqué, il faut payer immédiatement.

Dans les deux cas, l'arnaqueur sans scrupules envoie des photographies de Kiki ou Médor à sa nouvelle famille jusqu'au jour de son prétendu voyage. Et, dans les centaines de cas que nous avons déjà pu observer, les courriels sont tous très similaires, montrant que nous avons affaire là à une machine bien rôdée et à des messages types.

Certains internautes, méfiants, proposent de venir en personne chercher le chiot dans le pays où il est supposé se trouver. Mais les "donneurs" trouvent toujours une parade pour justifier l'impossibilité de procéder ainsi. Les points qui devraient réellement mettre la puce à l'oreille de la victime potentielle sont les suivants : le très mauvais français dans lequel s'expriment les escrocs (leurs messages sont dotés d'une orthographe exécrable) ; le moyen de paiement imposé : Western Union (qui n'offre aucune protection ni garantie) ; les numéros d'identifications -puce, tatouage- falsifiés (que l'on retrouve dans d'autres annonces) ; le fait qu'une personne aimant soit disant énormément son animal soit prête à lui faire subir un voyage en avion plutôt que l'offrir dans le pays où il se trouve ; le fait que ces mêmes personnes soucieuses du bien être de leur animal soient prêtes à le céder à n'importe qui (puisque les seules informations demandées sont les coordonnées et si l'acquéreur fait de l'élevage ou non).

Ce qui est terrible dans ces stratagèmes, c'est qu'ils fonctionnent. A la SPA, nous recevons près de 10 plaintes par semaine concernant des arnaques de ce type. Parfois, le préjudice est considérable, car les personnes se retrouvent a avoir déboursé entre 1000 et 2000 euros au total, alors que, bien sûr, il n'y a personne à l'aéroport le jour J.

C'est par exemple ce qui est arrivé à Pauline (prénom d'emprunt), qui a du payer en urgence des frais de douane pour que la petite Daisy puisse décoller de Londres, et qui a ensuite du en payer à nouveau car au lieu d'atterrir en France, la petite chienne aurait été à nouveau bloquée par les douanes, en Suisse cette fois-ci. On lui a ensuite demandé des frais de garde, puis de nouveaux frais de livraison... Et, bien sûr, elle n'a jamais vu Daisy.

Malheureusement, la SPA n’est légalement autorisée à agir en justice que pour les faits de maltraitance, ou actes de cruauté commis sur les animaux, elle ne peut donc que faire des signalements mais ne peut pas être à l’initiative d’une plainte dans ce type d'affaires. Seules les personnes victimes de cette fraude peuvent déposer une plainte, surtout lorsque de l’argent a été versé.

« La SPA a un rôle d’information surtout et de prévention. Une plainte contre leboncoin.fr pourrait être déposée en responsabilité, étant le site hébergeur des petites annonces, mais encore faut il que ce soit la petite annonce qui ne soit pas conforme. Ce qui est certain, c’est que le Bon Coin pourrait faire plus attention, et mettre des messages d’alerte sur les risques de certaines petites annonces », déclare Tamara Guelton, responsable du service "Juridique Protection" de la SPA..

Elle ajoute : « Un des combats de la SPA est de dénoncer les petites annonces de soit disant particuliers qui en réalité sont des éleveurs véreux, qui détiennent des animaux dans de mauvaises conditions, et qui passent au travers de nombreuses obligations légales tant en matière de protection animale qu’en matière fiscale grâce à ces petites annonces ».

Ces arnaques sont apparues il y a déjà près de 5 à 6 ans, au départ par le biais de mails de type SPAM, envoyés directement sur les boites e-mail, et qui racontaient l’histoire d’une personne qui malheureusement ne pouvait plus prendre soin de son animal. Les victimes adressaient alors un paiement pour pouvoir ensuite soit disant aller récupérer son animal à l’aéroport, pour le "sauver".

Cela marchait, puisque la SPA était régulièrement sollicitée par des particuliers qui soit avaient un doute, soit avaient payé mais finalement n’avaient jamais reçu le chien.

Petit à petit, ces mails ont disparu pour être remplacés par des appels au secours dans les forums. Ce n’était plus l’Afrique mais d’autres pays visés comme l’Angleterre par exemple. Ces dernières continuent à exister. Enfin, et certainement parce que le Bon Coin ne vérifie pas en profondeur ce qui est publié sur sa plateforme, c’est désormais via ces sites qu’ils agissent.

La SPA demande donc au Bon Coin d'être plus rigoureux dans son processus de validation des annonces relatives aux animaux qui sont, rappelons le, des êtres vivants ! En cas de doute, les modérateurs du site pourraient aisément repérer la localisation de l'annonceur grâce à son adresse IP (bizarre qu’une personne prétendument à Londres ait une adresse IP africaine…). De plus, une simple dose de bon sens permettrait aux équipes du site de repérer la supercherie à la lecture de telles annonces, et ainsi de bloquer la publication de tels messages.

Au lieu de cela, actuellement, de telles annonces ne sont supprimées que lorsqu'un internaute les signale. Mais lui-même a pu tomber dans le piège avant d'alerter le Bon Coin, ou, le temps qu'il le fasse, d'autres personnes ont le temps de tomber dans les filets de ces escrocs sans scrupules, qui utilisent l'amour des animaux pour truander les honnêtes gens.

Il est temps de changer cela ! Et de cesser de laisser les animaux être échangés telles de vulgaires marchandises sur le réseau des réseaux !

Partager l'article

Sur le même sujet :

Dispositif SOS

Concerne un animal, soit :

Aidez-le à prendre un nouveau départ !