Le préfet du Var autorise un tir de prélèvement de loup : la SPA désapprouve

Actualités
Le préfet du Var autorise un tir de prélèvement de loup : la SPA désapprouve
Le mercredi 17 octobre 2012

Le préfet du Var autorise un tir de prélèvement de loup : la SPA désapprouve

Lundi 20 août, Paul Mourier, le préfet du Var, a ordonné par arrêté un tir de prélèvement de loup dans une zone de son département où "les attaques sur troupeaux domestiques sont nombreuses et récurrentes depuis l'été 2008", comme l'a  indiqué la préfecture dans un communiqué. Pourtant, la FERUS remarque quelques incohérences dans la situation locale, et évoque notamment des prédations de troupeaux dues aux patous.

 

Ce tir de prélèvement, qui pourra "avoir lieu de jour comme de nuit entre le 20 août et le 19 septembre 2012", a été justifié par la protection des troupeaux qui pâturent sur le camp militaire de Canjuers.

Il pourra être réalisé sur le territoire des communes d'Aiguines, Chateaudouble, Comps-sur-Artuby, La Roque Esclapon, Montferrat, Mons et Seillans, toutes situées sur le camp militaire de Canjuers.

Si la SPA estime que les tirs d'effarouchement peuvent être une bonne chose (voir notre position sur le sujet ici), elle désapprouve en revanche fermement le recours aux tirs de prélèvement, des mesures barbares qui sont de plus totalement aléatoires (l'animal "prélevé" n'étant pas forcément un mangeur de ruminant).

De plus, on peut se demander si cet arrêté est justifié, alors que la FERUS (association pour la protection du loup, du lynx et de l'ours) relève plusieurs anomalies, comme elle l'explique sur son site Internet : "(...) les effectifs de loup restent faibles dans le département, avec seulement 6 indices de présence exploités cet hiver pour un effectif minimum de 3 loups (...). Autre anomalie, le contexte de Canjuers qui est très particulier : les patous y sont en liberté totale et commettent des dégâts très importants sur le gibier sauvage. Et pendant qu’ils courent après les  chevreuils, ils ne protègent plus les troupeaux (sans compter les très probables brebis tuées par les patous eux-mêmes)".

De son côté, la préfecture du Var martèle que le département a connu "233 attaques à responsabilité du loup non écartée en 2011 (entraînant la mort ou la blessure de 644 animaux), 85 attaques entre le 1er janvier 2012 et le 30 juillet 2012 (occasionnant 201 victimes constatées)".

Comme le rappelle l'AFP, "la France compte une population d'environ 200 loups, que les éleveurs, principalement dans le Sud-Est, accusent régulièrement de décimer leurs troupeaux".

Partager l'article

Sur le même sujet :

Dispositif SOS

Concerne un animal, soit :

Aidez-le à prendre un nouveau départ !