MANIFESTATION A GANNAT DU SAMEDI 28 SEPTEMBRE 2013 A 13H.

Actualités
MANIFESTATION A GANNAT DU SAMEDI 28 SEPTEMBRE 2013 A 13H.
Le mardi 8 octobre 2013

MANIFESTATION A GANNAT DU SAMEDI 28 SEPTEMBRE 2013 A 13H.

No Harlan Group Gannat, Les Chiens des Rues et We Are One étaient de retour à Gannat le samedi 28 septembre 2013 pour une grande manifestation contre Harlan et la vivisection.

Ils ont appelé à nouveau à un défilé pacifique et silencieux.

 

 

« La montée en force internationale de cette lutte nous appelle à plus de présence et plus de détermination sur le terrain. Nous souhaitons rappeler à l'entreprise Harlan et ses "clients" que nous serons présents et vigilants tant que des milliers d'animaux mourront de manières atroces pour des recherches qui s'avèrent aussi douteuses que dangereuses. »

Après le rassemblement de 1.000 personnes, venues de toute l’Europe, le 19 janvier dernier, une nouvelle manifestation d’opposants à la vivisection a regroupé environ 300 participants le 28 septembre à Gannat.

   

La cité bourbonnaise est la cible des opposants à la vivisection en raison de la présence du plus grand centre d’élevage français d’animaux de laboratoires, appartenant au groupe Harlan. Il s’agira de la quatrième manifestation européenne dans l’année, après celles de Gannat en janvier, Brighton (Angleterre) et Udine (Italie).

Harlan est une multinationale qui élève des animaux destinés aux laboratoires de vivisection et qui fournit aussi des organes. L’entreprise, leader mondial, possède 18 établissements en Europe. Son principal élevage français est implanté à Gannat (03800). Les beagles y sont traités comme de véritables marchandises, comme en témoigne la brochure interne de l’élevage :

« [...] fourniture pour essai clinique et recherche bio-médicale. Support de recherche pour actes chirurgicaux ou manipulation génétique. Des beagles « à la carte » sont disponibles avec anticorps prédéfinis, système immunitaire désactivé et non vacciné pour assurer une prise optimale des maladies injectées aux animaux et une progression optimale de celles-ci. »

Et le tarif ? Jusqu’à 2300€ le beagle… ou plutôt « la pièce », pour reprendre l’ignoble expression employée par la multinationale.

 

Partager l'article

Sur le même sujet :

Dispositif SOS

Concerne un animal, soit :

Aidez-le à prendre un nouveau départ !