Le plan du ministère...

Actualités
Le plan du ministère... Mobilisons-nous !
Le lundi 21 décembre 2020

Le plan du ministère...

La SPA prend acte des mesures qui ont été présentées ce matin par le Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Julien Denormandie – mais elle constate que les points indispensables liés à la sensibilisation lors de l’achat ou de l’adoption et la sensibilisation de la jeunesse, déjà mis en place par la SPA depuis des décennies, ne sont pas respectés.

Ce matin, le MAA présentait un Plan d’actions pour lutter contre l’abandon des animaux de compagnie. La Société Protectrice des Animaux salue l’avancée en termes de sanction, et les mesures qui seront débattues en janvier prochain à l’Assemblée nationale. Néanmoins, l'association déplore vivement que la problématique de l’abandon n’ait pas été saisie à la racine.

En effet, ne pas s’attaquer à la vente d’animaux en animaleries ou sur Internet révèle une indifférence aux conditions d’élevage des animaux, fréquemment désastreuses (bien souvent non-conformes, voire illégales) et se soldant par une marchandisation de leurs vies.

Comme expliqué lors de sa campagne lancée en octobre dernier, la SPA est catégoriquement opposée à la vente en animalerie et sur des sites généralistes de petites annonces ou réseaux sociaux. Ces pratiques, étant d’ores-et-déjà censées être encadrées par la loi, engendrent un nombre très significatif d’enquêtes et de saisies réalisées par la DDPP, les forces de l’ordre et la SPA ces dernières années.

D’un point de vue éthique, la SPA trouve étonnant que le MAA ait signé une charte avec Le Bon Coin mais n’ait pas jugé indispensable de convier les associations de protection animale telles que la Société Protectrice des Animaux aux discussions sur ces sujets primordiaux et qui la concernent directement.

La charte présentée dans le Plan ne fait preuve d’aucune avancée notable, et présente simplement la législation déjà en vigueur sur l’encadrement de ces annonces – cette dernière ne suffisant malheureusement pas à endiguer les dérives de la vente en animaleries et en ligne.

Nous souhaitons une véritable prise en compte des dérives en question, et une réflexion concrète sur l’interdiction de la vente en animaleries et par le biais de petites annonces en ligne : car l’animal n’est PAS un objet, pas un produit, pas une marchandise ni une décoration en tête de gondole ; il ne doit PAS servir d’appât aux clientèles de jardineries et encore moins enrichir des personnes malintentionnées décidées à en faire le trafic.

Luttons ensemble avec des dispositifs réellement efficaces.

La Société Protectrice des Animaux est à l’écoute du gouvernement concernant ces sujets et prendra volontiers part aux échanges afin de mettre en place des actions indispensables en termes de protection animale et de lutte contre l'abandon.

Partager l'article

Sur le même sujet :

Dispositif SOS

Concerne un animal, soit :

Aidez-le à prendre un nouveau départ !