L’éducation positive au secours des chiens dits dangereux

Actualités
L’éducation positive au secours des chiens dits dangereux Zoom sur...
Le mardi 10 novembre 2015

L’éducation positive au secours des chiens dits dangereux

Il y a un an et demi, la SPA proposait les formations à l’éducation positive, le « clicker training », au sein de ses refuges.

Cette méthode développée aux Etats-Unis et enseignée en France par Catherine Collignon, éducatrice canine dans le centre Animalin qu’elle a créé en 2000, est devenue une référence en matière d’éducation et de rééducation comportementale des chiens de compagnie.

C’est elle qui permet aujourd’hui aux refuges de proposer à l’adoption des chiens éduqués, gage d’une adoption réussie et durable.

 

Une méthode qui permet d’éviter les retours d’adoption

L’éducation positive est une méthode douce dans laquelle l’éducateur va utiliser un clicker. Le clicker est un petit boîtier en plastique incluant une languette en métal qui émet un son quand on appuie dessus. Le clic annonce l’arrivée d’une récompense. Concrètement, l’éducateur donne un ordre au chien et dès accomplissement de la tâche, il va cliquer et tout de suite récompenser l’animal. Le timing est très important pour ne pas créer de confusion dans l’esprit du chien. Le chien est ainsi motivé de façon positive à répondre aux attentes de son futur maître, sans qu’un rapport de force ne s’installe entre l’homme et l’animal.   

« Une majorité des retours d’adoption est motivée par des troubles comportementaux. » a constaté Natacha Harry, Présidente bénévole de la SPA à l’initiative de ces formations.

Grâce à la pratique du clicker, les salariés peuvent prévenir les problèmes de comportement, les corriger et proposer un animal équilibré aux adoptants.

Même si le travail doit se faire tout au long de la vie de l’animal, l’éducation positive permet d’éviter les mauvaises surprises et limiter ainsi les retours d’adoption.

 

Les chiens de catégorie sont les premiers bénéficiaires

Considérés comme dangereux et donc non adoptables, les chiens de catégorie qui se retrouvent aussi dans les refuges SPA, bénéficient en premier lieu de la formation dispensée par Catherine Collignon.

Les efforts peuvent prendre plusieurs mois mais les résultats sont quasiment toujours au RDV.

« Un malinois m’a été confié par le refuge de la SPA de Plaisir. Mordeur et très réactif, il a été abandonné et souffre d’un stress énorme. Les méthodes éducatives qu’il a subies par le passé lui ont laissé de grosses séquelles psychologiques, il avait peur. J’ai bien travaillé avec lui et après 3 jours, les premiers progrès se sont fait sentir et nous avons pu lui passer un collier, chose impossible quelques temps plus tôt ! » nous raconte Catherine Collignon.

L’éducation positive améliore le bien-être de l’animal et contribue à le rendre plus heureux et détendu.

« Un autre malinois de 10 mois présent au refuge de la SPA de Vaux-le-Pénil présentait de gros troubles du comportement. Il tournait sur lui-même frénétiquement en se prenant la queue ou le flanc dans la gueule et tirait sur la peau. Blessé régulièrement, il en oubliait aussi de manger. En quelques jours seulement de travail avec lui, ce chien montrait déjà les premiers signes d’une attitude contrôlée. Il me regardait dans les yeux, comprenait l’ordre « assis », était calme pendant les promenades et prenait plaisir à jouer. Il avait quasiment cessé de prendre sa queue ou son flanc dans sa gueule et obéissait quand je lui disais d’arrêter. C’est une grande fierté pour moi d’avoir vu son comportement évoluer et d’avoir pu sauver ce chien ! » souligne encore la fondatrice d’Animalin.

 

L’éducation positive prouve qu’avec le temps, rien n’est impossible et que tous les chiens, malgré leur comportement lié principalement à leur passé douloureux, peuvent avoir une seconde chance et être adoptés.

Partager l'article

Sur le même sujet :

Dispositif SOS

Concerne un animal, soit :

Aidez-le à prendre un nouveau départ !