Vétérinaire à la SPA, la passion professionnelle au service de l’engagement associatif !

Actualités
Vétérinaire à la SPA, la passion professionnelle au service de l’engagement associatif ! Zoom sur...
Le vendredi 11 décembre 2015

Vétérinaire à la SPA, la passion professionnelle au service de l’engagement associatif !

Chaque année, la SPA soigne 131 000 animaux de compagnie grâce à son équipe de plus de 40 vétérinaires et 35 assistants. Répartis dans toute la France à la fois dans les refuges de l’association et dans ses 12 dispensaires, ces docteurs et auxiliaires de santé animale travaillent avec passion et mettent leur savoir-faire professionnel au service de la cause des animaux !

 

Plus de 45 000 animaux soignés dans les refuges

La SPA recueille chaque année plus de 45 000 animaux de compagnie. Abandonnés, maltraités, négligés, ils sont dès leur arrivée, confiés à un vétérinaire afin de contrôler leur état de santé, vérifier leur identification et leur administrer les soins nécessaires.

Tout au long de leur séjour en refuge et ce jusqu’à leur adoption, tout est mis en œuvre pour soigner nos pensionnaires et favoriser leur retour en famille. Tous les animaux proposés sont ainsi vaccinés, stérilisés et identifiés.

Le Dr PAROUTAUD de Vaux-le-Pénil (77) parle d’une anecdote qui l’a marquée « J’ai encore en mémoire l’arrivée de Simba au refuge. Un malinois hyper actif très gentil, atteint de la pyodémodécie, une maladie de peau due à un acarien, compliquée d’une surinfection bactérienne. Cette maladie provoque d’importantes démangeaisons qui sont très douloureuses. Les traitements que nous lui avons administrés pendant de longs mois lui ont permis de guérir. Aujourd’hui ses problèmes ne se voient plus, il a un très beau poil. On ne le reconnaît plus ! Il est désormais proposé à l’adoption et mérite comme tous les autres chiens de trouver une famille qui saura l’aimer et veiller sui lui. ».

Très souvent, les vétérinaires de la SPA ont déjà une expérience en clinique. Se tourner vers l’exercice en refuge est un vrai choix professionnel.

« J’étais en clinique auparavant et j’ai souhaité exercer à la SPA car je voulais offrir quelque chose à leurs pensionnaires. Travailler en refuge n’est pas toujours facile. Il me semble nécessaire d’être expérimenté pour pouvoir faire face aux difficultés et aux pathologies liées à la vie en collectivité. » nous confie le Dr PAROUTAUD.

Si un grand nombre des vétérinaires SPA exerce en refuges, l’autre partie pratique en dispensaires.

 

180 000 actes médicaux au service des particuliers

Conçus pour soigner, vacciner, stériliser et identifier plus de 85 000 animaux par an, les 12 dispensaires de la SPA s’adressent aux propriétaires démunis qui n’ont pas les moyens de prendre en charge les frais vétérinaires de leurs compagnons à quatre pattes.

Les soins pratiqués par les dispensaires ne concernent néanmoins que les opérations courantes. Un animal nécessitant une radiographie ou une hospitalisation sera orienté vers une clinique vétérinaire.

« Au dispensaire, nous pouvons pratiquer 85 à 195 actes vétérinaires par jour ! Le rythme est soutenu mais je suis heureuse de travailler ici car notre travail est essentiel ! » témoigne Cécile, assistante vétérinaire au dispensaire de Mallarmé (Paris 17).

Chaque année, les efforts conjugués des équipes de nos dispensaires permettent de réaliser plus de 180 000 actes vétérinaires.

 

L’harmonisation des pratiques médicales, un enjeu au cœur des préoccupations de la SPA

Afin de mieux encadrer ces professions libérales spécifiques, la SPA a recruté en mars dernier un vétérinaire référent, le Dr Stéphanie VERDU.

Sa mission au sein de l’association est d’apporter un point de vue médical à l’étude des différents projets de la SPA, d’être à l’écoute des équipes vétérinaires, d’apporter des réponses aux refuges et dispensaires, de porter des analyses sur les questions relatives à la santé ou au bien-être animal, d’être l’interlocuteur privilégié dans les relations avec les  vétérinaires libéraux extérieurs, d’harmoniser les pratiques médicales dans le choix des vaccins ou des tests de dépistage, et enfin de mettre en place des outils de communication internes et externes pour une meilleure transparence et visibilité.

« Mon vœu est que l’on puisse tous ensemble faire avancer le combat pour la cause animale. A l’image de nos vétérinaires qui travaillent chaque jour sans compter pour le bien-être des animaux au sein de nos structures, je souhaite que ce soit chaque vétérinaire libéral qui porte ce message et s’implique pour faire changer les mentalités. Un pas a déjà été fait avec la prise de position de l’Ordre des Vétérinaires contre la souffrance animale dans les abattoirs. » souligne le Dr Stéphanie VERDU.

Partager l'article

Sur le même sujet :

Dispositif SOS

Concerne un animal, soit :

Aidez-le à prendre un nouveau départ !