Corrida : l'Europe ferme le robinet

Actualités
Corrida : l'Europe ferme le robinet
Le jeudi 29 octobre 2015

Corrida : l'Europe ferme le robinet

Les eurodéputés viennent de voter la fin du versement de subventions à la tauromachie.

Réclamé depuis des années par les Verts, les associations de protection animale, ainsi que par de nombreux citoyens horrifiés par la persistance de ces spectacles barbares (une pétition en ligne a reçu
30 000 signatures), ce vote est aujourd’hui largement applaudi.

Il est certes davantage motivé par des raisons financières que par une véritable prise de conscience de la souffrance animale, mais il s’agit bel et bien d’une évolution historique en faveur du recul de la pratique tauromachique.

L'exception latine ne fait plus recette

La corrida n’est autorisée qu’en Espagne, au Portugal et dans le sud de la France où, en tant que « tradition locale ininterrompue » - au même titre que les combats de coqs dans le Nord - elle fait exception au regard de la loi.

Notoirement déficitaire pour cause de désaffection croissante, en particulier du jeune public, la tauromachie bénéficiait jusqu’à présent d’un large soutien financier de l’Europe.

Dans un article de novembre 2011, le Huffington Post cite le montant de 37 millions d’euros versés en 2008 par l’Union Européenne pour soutenir la filière espagnole de la corrida ; et ce, pour la troisième année consécutive. Ces aides auraient conduit à la mise à mort de 40 000 taureaux par an.

Quant au Daily Mail, il s’interroge sur la justification des subventions versées aux éleveurs de taureaux destinés au combat dans un article intitulé « Comment chaque famille britannique paye pour conserver vivante la barbarie des combats tauromachiques ».

Vers l'estocade ou la grâce

Toutefois, le vote du Parlement européen porte sur une proposition budgétaire qui doit désormais passer devant le Conseil de l’Union Européenne et les ministres européens des Finances avant d’être définitivement validée.

La France résistera-t-elle à la pression lobbyiste ou s’opposera-t-elle à voir cette proposition transformée en loi ? Espérons que notre pays ne fasse pas obstacle à une évolution majeure en faveur de la condition animale et qu'il soit rejoint en cela par ses voisins européens.

Lire l’article du Huffington Post

Partager l'article

Sur le même sujet :

Dispositif SOS

Concerne un animal, soit :

Aidez-le à prendre un nouveau départ !