Se divertir sans faire souffrir

Actualités
Se divertir sans faire souffrir
Le dimanche 20 septembre 2015

Se divertir sans faire souffrir

Les 3 et 4 octobre prochains, nous vous retrouverons avec plaisir aux Portes Ouvertes pour notre traditionnel grand week-end d'adoption d'automne.

Cet évènement s'articulera autour de la fête foraine et des saltimbanques. Un moment festif que nous partagerons dans une joyeuse ambiance car, qui dit fête foraine, dit lumières, rires et festivités.

A l'origine, les attractions foraines rassemblaient des artistes présentant leur seul talent (jongleurs, funambules, contorsionnistes,...). Progressivement, ces numéros furent remplacés par des manèges et attractions à sensation. Les spectacles de cirque se sont ensuite associés aux fêtes foraines et il n'est pas rare d'y voir aujourd'hui des exhibitions avec des animaux tels que les manèges à poneys et les montreurs d'ours.

Or, la fête ne peut se concevoir dans la souffrance. Pourtant, le palmarès de la maltraitance des animaux dans les cirques est édifiant :

  • Enfermement à vie dans des cages exiguës, parfois dans le noir ou en plein soleil.
  • Enchaînement d’animaux naturellement nomades tels que les éléphants qui peuvent parcourir jusqu’à 17 km par jour lorsqu’ils sont libres dans la nature.
  • Isolement d’animaux grégaires et absence de contact avec leurs congénères.
  • Promiscuité et non-respect de l’indispensable distance de fuite (espace nécessaire pour se protéger en cas d’attaque spontanément mis en place à l’état sauvage).
  • Manque d’infrastructures adaptées aux animaux semi aquatiques (hippopotames, otaries,…) qui n’ont pour tout point d’eau qu’une minuscule baignoire au fond du camion.
  • Impossibilité de se soustraire aux regards pouvant amener les femelles à sacrifier leur portée car elles ne supportent pas d’être ainsi exposées.
  • Privation d’eau et de nourriture en journée pour éviter que les animaux souillent la piste durant les représentations.
  • Blessures physiques, fractures et douleurs occasionnées par les postures artificielles imposées pour réaliser les numéros, ainsi que par le transport en camion occasionnant des chocs et hématomes lorsque les animaux se cognent aux parois.
  • Traumatismes psychologiques avec comportements stéréotypés liés à l’ennui et au mal-être.
  • Dressage par conditionnement négatif pour casser tout réflexe naturel (ne pas bouger pour ne pas risquer de prendre des coups).
  • Stress extrême lors des représentations avec exposition à la chaleur des projecteurs dans une atmosphère assourdissante qui les terrorise.

Nul besoin d'exploiter des animaux pour s'amuser et s'émerveiller. Pour preuve : les magnifiques spectacles des cirques sans animaux (Cirque du Soleil, Cirque Plume,...) qui ne mettent en scène que le génie et la virtuosité de vrais artistes, sans cruauté envers les animaux.

Partout autour de nous, la législation sur la détention et le dressage des animaux dans les cirques évolue. A quand la France ?

Rendons aux Arts du Cirque leur véritable noblesse. Boycottons ces spectacles hypocrites qui masquent l'épouvantable réalité des conditions de détention et des méthodes sauvages de dressage des animaux derrière le strass et les paillettes !

Partager l'article

Sur le même sujet :

Dispositif SOS

Concerne un animal, soit :

Aidez-le à prendre un nouveau départ !