L'amour malgré tout

Actualités
L'amour malgré tout
Le dimanche 15 mai 2016

L'amour malgré tout

Dans le cadre de la campagne réalisée par la SPA lors des Portes Ouvertes de mai 2015, qui appuyait sur le fait que tous les animaux avaient une chance à la SPA, d'être adoptés, le refuge a lancé sur son Facebook, un appel aux témoignages concernant des animaux du refuge qui ont été adoptés malgré leur handicap, leur maladie, leur comportement ou tout simplmeent après être restés de très longs mois avant de partir (pas à la mode, chat noir ...)

En 2016, le refuge a continué sur sa page FB à collecter d'autres temoignages. en voici l'intégralité.

L'objectif de ce recueil de témoignages est de montrer que malgré tout (mais aussi parce qu'ils étaient ce qu'ils étaient), il a été possible à ces animaux de trouver un foyer et qu'ils y ont trouvé le bonheur.

 

Bonjour, Moi c’est Amadeus. Je suis un courant suisse, donc un chien de chasse. J’ai été recueilli sur la voie publique alors que je n’avais que 2 ans. Je suis resté à la SPA du Sud Ouest pendant 1 an. N’intéressant personne car trop craintif, j’ai été transféré à la SPA de Vaux-le-Pénil. Et là pareil, personne ne me voyait, j’étais pourtant à l’accueil du refuge. Mais j’étais constamment planqué sous le bureau de la secrétaire. Trop de monde, trop de bruit je n’aimais pas. J’avais peur de tout et ne connaissais rien à la vie. Les gentils bénévoles me promenaient et j’arrivais à me détendre lors des balades. Et puis, une bénévole s’est penchée sur moi et au bout de quelques temps, je lui ai accordé toute ma confiance. Ce fut le coup de foudre. Cette bénévole est devenue ma môman le 4 août 2013. J’ai découvert la vie de famille. J’ai le droit d’aller dans toutes les pièces de l’appartement. J’ai appris à monter et descendre les escaliers. Les premiers jours qui ont suivi mon adoption, môman me portait à chaque balade. Au début, lors des promenades, je fuyais mes congénères. Et au fur et à mesure, je les ai approchés et me suis fait des copains avec lesquels je joue. Je ne me laissais pas encore approcher par les 2 pattes. A ce jour, j’ai pris confiance et m’éclate lors des promenades. J’approche tous mes congénères même si je n’apprécie pas les brutes que je remets gentiment en place et accepte les caresses des humains. L’année dernière je suis parti au bord de la mer, au début j’avais peur, mais c’est super de pouvoir courir dans l’eau et dans le sable. Depuis quelques mois, je joue à la balle et à la corde. J’ai passé 2 ans de ma vie à attendre une famille qui m’accepte comme je suis. Il y a encore des moments où j’ai peur mais je me soigne. Je remercierai jamais assez toutes les personnes qui m’ont aidé : salariés et bénévoles. J’ai une pensée pour tous les copains du refuge, vieux, malade, peureux ou « plus à la mode » car ils ont tous droit au bonheur. Nous sommes des êtres vivants doués de sensibilité et avons besoin d'amour et savons en donner beaucoup aussi. OFFREZ LEUR UN DOUX FOYER… Amadeus, timide au grand cœur.

En réponse à votre post, je me propose de témoigner au sujet de l’adoption de Beans en octobre 2014. Il n’était ni malade ni handicapé mais il avait 7/8ans déjà et une patte tout juste réparée. Il s appelle désormais Jules.
Il a beau avoir 8 ans, il est super dynamique! L’avantage de son âge est qu’il est déjà éduqué, obéissant et équilibré.
Super joueur et câlin, il s entend très bien avec ses « frères et sœurs » à la maison.

Coucou les copains c'est Diesel. Vous vous rappelez de moi? Je suis resté de longs mois au refuge. Il semblerait que le souffle au coeur dont je souffrais empêchait les visiteurs de s'arrêter devant mon box. Le 15 septembre 2014, 3 personnes sont venues me voir. D'après ce que j'entendais elles avaient été touchées par mon témoignage sur internet. Nous sommes partis nous promener, j'étais content mais au fond je savais bien que je rentrerais bientôt dans mon box. Mais quelle surprise quand je suis finalement monté en voiture. C'était le début d'une nouvelle histoire. Peu de temps après mon arrivée je suis allé voir un vétérinaire qui a assuré à ma maîtresse que mon souffle au coeur était très petit et que cela ne m’empêcherait en rien de faire de longues balades. Résultat je fais souvent de grandes sorties au bord de la Marne. Les débuts à la maison ont été durs et je me sauvais souvent mais mes maîtres ont tout fait pour que je me sente bien avec eux. Maintenant le portail peut être grand ouvert que je reste assis à attendre patiemment. Mes maîtres ont six petits enfants qui viennent souvent jouer à la maison. Au début je leur piquais leur jouet car j'étais jaloux. Maintenant, j'adore lorsqu'ils sont là car ils jouent avec moi. Si j'ai une chose à retenir de tout ça c'est qu'il ne faut pas se fier aux apparences. Il faut faire confiance à son instinct et ne surtout pas ériger de barrières inutiles à l'amour.

C'était un samedi pas vraiment ordinaire, nos cœurs étaient en ébullition puisque nous avions décidé d'aller au refuge de Vaux le Pénil pour adopter un chat.
C’était un acte mûrement réfléchi bien sûr et particulièrement « préparé » grâce aux nombreuses visites du site Internet du refuge. La famille au grand complet avait évidemment flashé sur deux « Miss beauté ».
Il faut avouer qu'Il y avait un silence assourdissant tout au long du trajet car la question était dans toutes les têtes : « Qui de Mam'zelle ou de Isis sera avec nous au retour » ...
Arrivés au refuge le doute a encore duré quelques heures dans la chatterie ! Merci à la personne du refuge pour sa gentillesse ... et sa patience. Finalement, nous avons choisi Isis.
Et puis après la délivrance d'avoir enfin fait un choix, j'ai tourné la tête machinalement en direction de la sortie enfin soulagé et heureux d'avoir « sauvé » la petite Isis … et là j'ai pris une claque en pleine figure, le "coup de foudre", le flash ... Un truc de fou !
J'ai vu une jolie nana, belle comme le jour.
Pas farouche pour deux sous, elle a commencé directement à me raconter son histoire, ses déboires, son mal être et ses problèmes de santé ... Sa vie, quoi ! J'ai été touché de la voir si vite se confier, Il faut dire que c’était une sacrée bavarde, le genre à ne pas vous lâcher la patte tant qu'elle reçoit des caresses.
Elle m'a donc parlé de son oreille qui allait être coupée et j'ai bien compris qu'elle avait besoin d'un « cœur » pour vider son sac. Je l'ai rassurée en lui disant que cela n'était pas un problème pour vivre une grande histoire d'amour et sans véritablement en parler autour de moi j'ai fait ma déclaration en lui disant que si elle était "partante" j'étais prêt à la prendre dans mes bras avec sa robe blanche pour franchir la porte de notre maison et trouver le bonheur ... J'ai vu dans les yeux d'Hermine (Misty pour le refuge) .... un grand OUI !
Nous sommes donc revenus avec deux chats ! Isis « la beauté » qui a fait craquer toute la famille et Hermine « la pauvrette » avec sa future oreille coupée, son dos rasé et ses abcès.
Les plaies ont guéri, l’oreille a été coupée mais finalement bien moins qu’il n’était prévu au début.
J'aime beaucoup Isis bien sûr mais avec Hermine il y a quelque chose de plus, je ne saurais l'expliquer avec des mots. Nous nous aimons « différemment » c'est un truc entre nous deux, c'est ma dame de cœur !
Hermine est très fusionnelle avec moi. Elle guette chaque instant où je m’assois, je me couche pour aussitôt accourir et se blottir. Elle me tient de longues conversations. Elle est aussi très exclusive et malheur à l’animal, chienne ou autre chat qui essaie de venir sur moi alors qu’elle y est déjà. La petite « souris », qui ne fait que 2,5 kg n’a alors peur de rien et fait sa loi : « pas touche, il est à moi ! ». Tout de suite, elle a été ainsi avec moi, alors qu’il a fallu plusieurs années avant qu’elle ne devienne moins farouche avec les autres membres de la famille.
Voilà ces quelques lignes pour vous dire que les cicatrices et les blessures peuvent faire de belles personnes, Hermine en est un exemple vivant.

J'ai adopté Intox des Portes de la Moria, que j'ai rebaptisé Inu, au refuge cette année au mois de février. Sourd de naissance, ce petit chien est un amour. Il a très vite trouvé sa place parmi nous, et est très complice avec Haijok (le chien de ma mère) et Uvel (mon chat). Il est difficile quand on le voit maintenant de penser qu'il est passé par le refuge. Il m'apporte tant de bonheur et j'espère lui en apporter tout autant. Nous avons adopté un langage bien à nous, basé sur les gestes et le regard, et tout se passe très bien.

Bonjour,
Je m'appelle Klara, je suis une ancienne pensionnaire du refuge de Vaux le Pénil.
Lorsque j’y suis arrivée, je n'étais qu'un bébé de quelques mois. Je ne me souviens plus très bien des conditions dans lesquelles j'ai franchi les portes du chenil mais ce que je peux vous dire c'est que j'y suis restée longtemps...très longtemps.
Je me souviens de tous ces chiens qui hurlaient, de ce box que je partageais avec mes compagnons d'infortune. J'étais si petite... j'avais froid, j'avais peur. J'aurais tant voulu rester plus longtemps auprès de ma maman. Les autres me terrorisaient et je restais là, blottie, dans un coin de cette grande cage.
Souvent, des gens passaient devant moi mais jamais aucun ne s'arrêtait. J'étais trop sauvage, trop en retrait, peut être pas non plus un modèle de beauté… Alors, moi la petite chose noire et sans panache, je suis restée là... des mois et des mois.
Et puis un jour, devant ma détresse, les employés du refuge ont décidé de me laisser en liberté à l'accueil pour me sociabiliser. Mais c'était trop pour moi, j'avais toujours aussi peur alors je me réfugiais sous le bureau du secrétariat pour ne plus en sortir. Vous pensez bien que non seulement personne ne me voyait plus... mais en plus je ne risquais pas de trouver une famille puisqu'on en oubliait même mon existence. Puis j'ai écris une longue lettre que le refuge a publié pour moi... et une famille, quelque part a entendu mon appel. Ils sont venus me voir... je n'ai pas voulu sortir de ma cachette. Ils sont répartis...Voilà que j'avais laissé passer ma chance... Pourtant quelques jours après ces gens sont revenus. On m'a enfermée avec eux dans un enclos, j'avais peur. Ils m'ont présentée leur chien, leur petite fille... Je ne voulais pas approcher, je ne pouvais pas. On m'a ramenée à l'accueil. Puis on m'a mise en laisse et portée dans le coffre d'une voiture. 30 mn plus tard, j'étais "chez moi". Les premiers mois ont été durs, je faisais beaucoup de bêtises, j'avais du mal à approcher ceux qui aujourd'hui sont devenus ma famille. Il m'en a fallu du temps… et c'est encore parfois difficile, pile un an après mon arrivée mais quel bonheur ! J'ai découvert les caresses, les promenades, le bonheur d'avoir un coin tout chaud rien qu'à moi et une gamelle toujours pleine. J'ai retrouvé le plaisir de jouer et d'être heureuse. Moi la petite Klara !! C'était inespéré et je remercie mes sauveurs chaque jour de m'offrir tout cela. Je pense aux autres, à ceux qui restent. Ne les oubliez pas, même s’ils sont malades, sauvages, vieux ou handicapés, je sais qu'ils ont tant d'amour à donner eux aussi. Voyez cet amour en eux, offrez leur cette chance, offrez leur votre patience, votre amour. Ils vous le rendront au centuple.
Grosses léchouilles.
Lala

Je m'appelle Kola, je suis une minette tricolore de trois ans. Je suis maintenant dans ma famille depuis un peu plus de deux ans.
Je suis arrivée au refuge chatonne avec mon frère et ma sœur à l'âge de deux mois. Nous ne connaissions pas les humains et nous avions peurs enfin surtout moi. J'ai été adoptée une première fois, mais étant très craintive je me cachais tout le temps donc je suis revenue au refuge. J'y ai passé un mois, deux mois et ainsi de suite j'y ai grandi jusque mes 9 mois. J'étais devenue une grande chatonne, craintive, limite sauvage qui se cachait dans un cube, crachait, griffait, mordait de peur lorsque l'on approchait sa main.
Après avoir parlé de moi avec une salariée, un couple de bénévoles a décidé de me prendre en famille d'accueil afin de m'apprendre à connaître les humains, me mettre en confiance pour que je puisse enfin trouver ma famille. J'avais une pièce pour moi, des dodos, des joujoux, à manger. La jeune fille venait me voir très souvent, me parlait doucement restait avec moi, j'ai donc rapidement eu le déclic. J'ai appris ce qu'étaient les caresses, à ronronner et à miauler. J'ai également rencontré l'amour de ma vie, mon maître... Dès que je le vois, je miaule de bonheur, je me frotte et je l'emmène sur notre fauteuil. Je me couche sur lui pour nos séances câlins a tous les deux. Je me sens tellement bien. Devant notre magnifique complicité, les deux bénévoles ont donc agrandi officiellement leur famille féline... Je dois également dire que les titis de la maison m'ont également aidé à faire confiance aux humains et ce sont de supers copains de jeux. La morale de mon histoire, qui est celle de tant d'autres, est que nous les craintifs, sauvages, méritons aussi d'avoir notre famille. Nous mettons plus de temps à nous dévoiler et avoir des copains chats est un énorme plus pour nous aider, mais nous voir nous épanouir de jour en jour est un véritable bonheur pour nos maîtres. Alors pour ce week-end des portes ouvertes, donnez une chance aux animaux craintifs du refuge.

Nous avons adopté Marius (Logan à la SPA) un magnifique bulldog américain sourd qui est devenu aujourd'hui le plus grand bonheur de notre vie.
C’est une boule d'amour et de vie qui malgré son handicap est très à l'écoute et obéissant depuis le premier jour. Il est devenu fusionnel avec nous. Même quand nous le détachons en promenade il reste toujours à coté de nous. Il s'entend super bien avec les autres chiens, c'est un tombeur. Son handicap le rend unique, et cela rend notre relation unique et fusionnelle. On interagit autrement.

Voici des nouvelles de Lucien, alias Lou ou Loulou pour les intimes. Le vieux chien en fin de vie et son handicapant souffle au coeur se sont totalement métamorphosés ! Un peu de soleil, des après-midi en famille dans le jardin et quelques promenades ont suffi à redonner une jeunesse à cette adorable boule de poils dont personne ne croit à ses 15 ans. Merci aux membres de la SPA d'avoir pris soin du nouveau membre de la famille avant que nous ne passions et tombions amoureux !

C'était en octobre dernier, nous étions décidés à adopter un petit chat. Direction la SPA !
Une fois dans la chatterie, difficile de faire un choix ... tous ces chats qui se bousculent et qui réclament une simple caresse. Ils sont tous si mignons ... Au bout de 15 minutes, pas de coup de coeur.
Et là ... à mes pieds, une petite boule de poils blanche qui me fixe. En un instant nous avons su que c'était ELLE ! Je m'empresse de la prendre dans mes bras, elle vient se blottir dans mon cou.
Je sens en la portant, une étrange sensation ... je la repose par terre et la regarde courir. Effectivement, cette petite puce n'a que 3 pattes et demi. Il lui manque la moitié de la patte arrière. Et alors ? N'a t-elle pas besoin d'être aimée comme tous les autres ?
Après une petite opération pour son bien-être, Joy (anciennement Moignon) n'a officiellement plus que 3 pattes. Elle nous comble de bonheur. Nous n'avions jamais ressenti autant d'amour de la part d'un animal.
Merci à la SPA pour cette belle histoire d'amour et n'hésitez plus, ADOPTEZ LES !
"Il n’y a pas de handicap, il n’y a que des différences ..."

Bonjour, moi c’est Nina, j’ai été adoptée lors de portes ouvertes le 12 Mai 2012. Je suis une petite perle noire. Après 3 ans d’errance entre de nombreux refuges, des humains ont enfin posé les yeux sur moi. Du haut de mes 6 ans à l’époque, et au vu de ma couleur, personne ne posait les yeux sur moi. Ce jour-là, ILS ont posé les yeux sur moi. Je ne comprenais pas, à force j’étais devenue indifférente. J’étais introvertie, tant de mes compagnons étaient déjà partis depuis 3 ans. Et après plus de 4h avec ma future famille voilà qu’on me met en cage de transport. Du haut de mes 2,4kg tout mouillés, j’étais lasse de ces transports à répétition pour aller vers encore une autre structure. Après 1h de route, on m’a installée dans une chambre et là j’ai découvert le plaisir d’un lit douillet et propre. J’ai aussi rencontré celle que maintenant j’appelle ma « sœur », qui intéressée par mon odeur avait sauté sur la porte. Au bout de quelques jours, on m’a amenée chez la dame avec la blouse… Ma nouvelle famille trouvait que je ne mangeais pas. Et là, le diagnostic est tombé, il fallait m’arracher les dents et je devrai suivre un traitement pratiquement à vie. Sans les analyses, la vétérinaire dit que j’ai une gingivite chronique. Qu’est-ce que mes adoptants vont faire de moi ? Me ramener ? Non, s’il vous plait, pas encore !! Une semaine après, je suis ramenée chez la vétérinaire. Quand je me réveille, il ne me reste que 3 molaires et mes 4 crocs, la vétérinaire m’a enlevé toute les autres dents qui était infectées. Au vu de l’état de ma bouche j’aurais le calcivirus, un virus lattant que j’aurai à vie. Je suis donc mise sous antibiotique et interféron pendant plusieurs mois avec un contrôle chez la vétérinaire toute les semaines. J’ai réappris à manger, d’abord ce qui était mou, puis des croquettes. Mes adoptants ont découvert ainsi que j’étais gourmande, mais alors, très très gourmande !
Depuis 2012, le virus va et vient, parfois simplement sous forme d’un coryza, parfois plus fortement. Ma dernière grosse crise vient de m’arriver. J’ai perdu une dent. Résultat je n’ai plus que deux molaires. Aujourd’hui j’ai 9 ans, une « sœur » et deux « frères » et je reçois la visite de chats qui ont besoin d’une famille avant d’être mis à l’adoption.
Je sais que je n’irai plus jamais dans un refuge. J’ai pris du poids aussi, mais comme la vétérinaire dit qu’avec ma maladie, il y a possibilité que j’arrête de manger et qu’il vaut mieux que j’ai des réserves, il n’y a pas de raison que je me prive…Je pèse donc 5,4kg. Cet été, en juillet, on va me retirer mes deux dernières molaires, fini pour moi les rages de dent… Mes adoptants m’aiment et ils se battront toujours pour moi et avec moi contre ce satané virus!

Mon nom est Phoenix (nom SPA Phénix),j’ai trouvé ma famille le 6 octobre 2012, lors de journées Portes Ouvertes, après avoir été dans de nombreux foyers.
J’avais 8 ans plus que révolu. Mon histoire passée était celle de nombreux autres. J’ai été adopté chaton à la SPA puis abandonné à l’âge de 2 ans, puis j’ai retrouvé une famille qui m’a ré-abandonné à l’âge de 7 ans, enfin abandonné est un bien grand mot, elle m’a juste lâché sur le parking du refuge...
Me voici maintenant que je vous écris dans ma troisième famille, j’espère pour le reste de ma vie.
Je me suis révélé être très joueur, et malgré mon âge, ma passion est de ramener à mes maîtres tout ce qui traîne en tissus, d’abord les jouets pour chats, puis les torchons, les chaussettes,…, les coussins…
Hélas, peu de temps après mon adoption (à peine 1 mois), j’ai eu une pancréatite, la moitié de mon pancréas est « fichu », mais je peux manger quand même. Je digère juste très mal certains aliments. Malheureusement pour moi il n’y a pas que ça ! J’ai aussi une peur panique des humains hommes. Ma famille se pose vraiment la question sur ce que l’on a pu me faire de mal avant. Mais je m’en souviens plus, seule reste cette immense crainte. Bon, mon papa humain, je le supporte, même si je préfère maman. Mais depuis peu elle retravaille, et là c’est la « cata ». Je stresse énormément. Quand un de leur ami vient chez moi j’ouvre les placards, je fais tomber les portes … la panique totale ! Le problème c’est que quand je stresse, je ne digère plus et vomis, au point de devoir en urgence aller chez les vétérinaires pour être réhydraté ! A l’heure où je vous écris j’arrive sur mes 11 ans et j’ai des soucis d’hypertension et des « absences », un peu comme quand chez vous les personnes sont atteintes d’Alzheimer, alors pas facile pour de ne pas stresser. Heureusement, je trouve du réconfort auprès de ma maîtresse, mes « sœurs » et mon « frère » qui viennent aussi de la SPA. On m’appelle Papy Phoenix , on prend bien soin de moi, j’ai encore tellement d’amour à donner !

Notre famille a adopté Pikko depuis le 24 mais 2012. Cela fait donc 3 ans que notre loulou vit chez nous pour notre plus grand bonheur !!! Il est resté à la SPA de Vaux le Pénil durant environ 5 mois après sa découverte sur la voie publique de Niort et un passage à la fourrière... Désespéré, ce petit amour se laissait mourir de faim.... Et depuis que nous l'avons adopté, grâce à de nombreuses caresses et à beaucoup d'amour, il a pris 5 kilos !!! Aujourd'hui, il se porte très bien et passe son temps à bronzer sur la pelouse de notre jardin.

Je viens tout juste de finaliser l’adoption de Ria, jeune croisée berger australien de bientôt 8 mois que nous avions en famille d’accueil. Atteinte d un très lourd handicap au train arrière, elle a été opérée le 3 avril et nous avons pris en charge une partie des frais d’opération. On a craqué dès le début pour cette adorable chienne et malgré le fait qu’il lui reste encore des choses à faire dans l’avenir, ce n’est pas grave… On l’aime très fort. C'est ma 2ème adoption à la SPA de Vaux le Pénil. J’ai adopté il y a 3 ans un chat sourd, aveugle et épileptique prénommé Bronx. On est plus qu’heureux de cette adoption et ça ne sera certainement pas la dernière.

Voici mon témoignage suite à l'adoption d'un animal "en sauvetage". Mon compagnon et moi même avons adopté Teemie en Février dernier. Cette petite mamie âgée de presque 13 ans se plaît beaucoup chez nous et je pense pouvoir dire que nos fauteuils et plaids font son bonheur. Relativement distante avec l'autre chat de la maison, elle est cependant câline et douce si on fait preuve de calme et de patience. Adopter un animal âgé ou malade nécessite peut être plus de douceur et de temps mais au final c'est un vrai bonheur!

Tupuri n’avait plus de dents et vomissait à chaque repas. Malgré cela il a été adopté.
Maintenant, il se porte comme un brave et mange tout sans aucun problème.
C’est un chat très très câlin alors qu’il n’avait vécu auparavant que dehors.

Moi c’est Volt,
Je suis arrivé par une porte dérobée dans ma nouvelle famille … Le refuge avait demandé s’il était possible d’accepter en famille d’accueil 2 pauvres chats qui suite à leur abandon, se laissaient mourir de faim et étaient très mal en point.
Nous étions extrêmement maigres (je faisais 4,5 kg alors que je suis un très grand gabarit) et déshydratés, et malgré la bonne volonté de notre famille d’accueil nous avons du repartir au refuge au bout de quelques jours pour être mis sous perfusion.
Hélas, ma copine de toujours n’a pas survécu. Moi, je ne sais comment, même si j’avais perdu toute envie de vivre, mon corps, lui, tenait encore le coup, malgré mon insuffisance rénale due à ma grève de la faim.
2 fois par jour, ma famille d’accueil quand elle m’a récupéré me faisait des perfusions et j’étais gavé à la petite cuillère plusieurs fois par jour.
Je ressassais sans fin, mon bonheur perdu, j’avais le cœur brisé par tant de malheur, d’abord mon maître, et maintenant ma compagne … j’avais perdu toute volonté de vivre … Très vite, ma famille d’accueil m’a incorporé dans sa tribu des 4 pattes (1 chienne et 3 autres chats) se disant que ce que j’avais avant tout besoin, était d’avoir une vraie vie de chat, de me balader quand je voulais, de choisir où je dormirai, de recevoir des caresses, de voir tout ce petit monde vivre sa vie …
Ma famille d’accueil a continué de me nourrir de force, à me soigner contre mon gré… Malgré un deuxième séjour au refuge lorsque j’étais trop mal, elle a persévéré, toujours et toujours, elle m’a maintenu en vie, m’empêchant de dépérir encore plus.
Après presque 2 mois, je me suis remis à manger seul, un tout petit peu au début … l’équivalant d’une cuillère à café de « bouillie » et avec des encouragements sous forme de caresse lorsque j’étais près de la gamelle …
C’est que je commençais à me sentir bien, là où j’étais. J’appréciais mes rendez-vous du soir avec la petite fille de la maison, sur son lit, ses longues séances de caresse puis ces nuits, blotti contre elle. Je trouvais très drôle mes conversations avec l’homme de la maison, qui m’imitait en me parlant et qui avait toujours des genoux si accueillants. La « câlinothérapie » réalisée par la maîtresse des lieux pour me faire manger, ses soins … ont également eu raison de moi. Petit à petit, mon cœur de nouveau se mettait à battre la chamade… il se réchauffait à leur contact.
3 mois et demi après mon arrivée, j’ai été adopté. Il n’était pas question pour moi de repartir, de me retrouver de nouveau à la case « départ », sans personne à chérir. Je sentais au fond de moi, que cette fois-ci, je n’y survivrais pas. J’ai tout fait pour leur faire comprendre ça et ils ont tous craqué. Pour eux, il n’était pas question de laisser partir « leur survivant », celui pour lequel ils s’étaient tant battus.
Il faut dire que je suis, d’après leurs dires, LE CHAT PARFAIT, celui qui vient quand on l’appelle, qui ne refuse jamais une caresse, un bavard qui tient la conversation … et le chat le plus simple à vivre de la maison (entre nous, ce n’est pas difficile !).
Aujourd’hui, cela fait 1 an et 8 mois que je me suis imposé à MA FAMILLE, que j’ai envahi leur vie et leur cœur. Je suis leur gros « doudou », leur « roudoudou », leur « beau gosse », leur « Voltou » tout simplement. Je fais maintenant 6 kg, ce qui est mon poids de forme vu ma taille et même si je dois être surveillé, je n’ai pour l’instant, plus aucune séquelle rénale, tout cela grâce aux soins que j’ai reçus.
J’ai retrouvé une place au paradis et pour rien au monde, je ne veux la perdre...

ZARA: La SPA m' a donné une date de naissance: 16/09/12.
Je suis arrivée au refuge en mars 2013, j'étais bien jeune, personne ne sait d'ou je viens et ce que j'ai vécu avant...
J'ai attrapé une maladie à l’œil, et à force de traitements, les vétérinaires ont réussi à le sauver, il est toujours un peu fermé, il y a un voile dessus, je vois trouble et il pleure souvent, mais j'ai eu beaucoup de chance.
J'ai rencontrée ma famille actuelle, la première qui s’intéressait à moi depuis mon entrée à la SPA, en août 2014.
Les adultes de cette famille, venaient comme ça voir les chats, bien que la femme avait déjà une idée derrière la tête !
ils ont décrit le genre de chat qui les intéressait, ils avaient des chiens et des enfants, et vivaient en appartement alors ils ne leur fallaient pas n'importe qui!
On leur a tout de suite parlé de moi, car ça faisait tellement longtemps que je traînais dans les locaux de la SPA que c'était devenu ma maison, et malgré mon air timide je rêvais d'une famille.
Les gens de la SPA leur ont aussi parlé d'autres chats, normal …
Comme je me cachais, ils ont vu les autres, mais ont insisté pour que l'on me trouve...

Son adoptante : Quand j'ai vu ZARA, je l'ai trouvée trop mignonne, et avec les enfants, elle a été super douce.
Nous avions vu d'autres chats, et on avait accroché avec un magnifique chat roux, mais mon cœur allait vers ZARA, et celui des enfants aussi, du coup celui de mon mari aussi, c 'est vrai que l’autre chat était magnifique mais c'était elle. Le courant est passé et son passé y a fait aussi. L'autre chat a été très vite adopté après …

ZARA: ils sont venus me voir plusieurs fois avant de m’emmener avec eux, j'ai fait la connaissance des enfants plus d'une fois et j'ai aussi été présentée aux chiens... après ça ils ont convenu d'une date et je suis partie pour ma nouvelle maison.
C'est un duplex avec balcon,j'ai mis un mois avant d'oser descendre, je vivais à l'étage. Mais j’ai dormi dès le premier soir au pied du lit de mes maîtres.
Petit à petit, j'ai exploré tout le territoire et celui des chiens qui m'ont bien accueillie.
J'ai bien trouvé ma place dans ma famille... ils m'ont laissé le temps... quand ils partent en week-end, ils m’emmènent, et je ne pleure plus dans la voiture car je sais que je rentre avec eux, et partout ou ils vont, je suis chez moi.

Son adoptante : ZARA est magnifique, c'est un bonheur pour nous de l'avoir avec nous, elle a son petit caractère et on le découvre encore aujourd'hui, elle est affectueuse, vient à notre rencontre quand on rentre, joue avec nous, avec le chien (nous avons dit adieu à un de nos chouchous en février : le plus vieux mais aussi le plus joueur avec Zara)
Elle aime tester tous les lits et à 6 dans la famille elle a de quoi faire.
Elle n'est pas indépendante, comme ce que l'on dit des chats, elle est toujours près de nous, c'est pourquoi même si nous partons que deux jours nous l'emmenons, nous avons peur qu'elle se sente abandonner et qu'elle s'ennuie.
Nous tenons tous énormément à elle et je crois que c'est réciproque, en tout cas elle nous le rend bien.
Quand je vois les photos du début, je vois la différence, son poil est beau, son regard a changé, et puis elle a pris 200g.

Bonjour je m'appelle depuis toujours Tikaf !
Je voudrais laisser mon témoignage, car j'ai passé du temps à la SPA. .. j'ai eu quelques problèmes en box avec les autres chiens ..alors on m'a mis à l'abri dans un box seul! Les personnes présentes se sont beaucoup occupées de moi! Voilà 6 mois que je suis dans ma nouvelle famille! Ils ont craqué pour ma houppette blanche;-) J'ai un look atypique ! J'avais un comportement anxieux à la sortie de mon box ...de quoi faire fuir n'importe qui! Ils ont craqué et je leur rends bien ! Câlins à gogo ! Je suis toujours là, toujours heureux de les voir! J'aime pas trop qu'ils me laissent seul mais je commence à m'habituer et puis j'en profite pour faire des siestes sur le beau plaid blanc !je pars en vacances à la mer (j'aime pas!) A la neige ( j'adore!) au camping .. c'est trop waf ! J'aime les enfants !Les autres chiens! Bref c'est le top ! Ils m'aiment ! Pourvu que mes compagnons trouvent le bonheur ! Je vous léchouille mes amis du refuge !
A bientôt peut être !
Tikaf

J'ai adopté Habbie en sauvetage à la SPA de Vaux le Pénil en janvier 2014. Lorsque nous nous sommes vues c'était une évidence. Habbie avait été adoptée, puis ramenée pour "perte de poils" et stress. Elle était identifiée "sauvetage" car sa courte adoption n'a pas compté pour la SPA; à l'adoption depuis plus d'un an. Cette louloute est un trésor d'amour et de câlins. Oui, elle a des pelades sur les côtés, c'est sa marque à elle. Elle est câline et partage son territoire avec le chien Hermo arrivé aussi de la SPA de Vaux le Pénil il y a 5 mois. Habbie fait sa vie la journée dans les jardins alentours et ne rate jamais le rendez vous câlin du soir et le dodo sur le lit. Une vraie complicité s'est mise en place avec cette petite boule d'amour. Je ne regrette en rien, bien au contraire, d'avoir été choisie par Habbie pour lui offrir un foyer au sein duquel elle s'épanouie. .. Et je passe l'aspirateur, ma foi, comme tout le monde.

Coucou, quelques nouvelles de moi, MOUK
J'ai été adopté en été dernier malgré mes poils blancs (Ca me donne un charme) et depuis.. Tout va bien ! C'est sur que je n'ai pas la grâce d'un jeune chien mais j'ai l'âge où on profite de chaque câlin alors.. J'avoue que ça m'arrange bien. Je suis devenu avec le temps très pot de colle avec maman, si elle va à la douche je l'attends sur le tapis de bain, pour dodo il faut que je me colle à elle et puis si le soir je n'ai pas ma dose de câlin, je pleure.. Oui avec l'âge je deviens un peu capricieux.
Et maman elle a dit "ok c'est pas grave, mais reste en forme et le plus longtemps avec moi", je sens que par moment elle s'inquiète alors je la fais rire en lui sautant dans les bras ou en tirant sur une corde pour qu'elle joue avec moi, et puis on oublie que J'ai 14 ans et que je ne serai pas éternel. Mais avec Max, mon petit frère de 11 ans, qui me prend pour un oreiller, faudra bien qu'un jour on laisse la place à d'autres papis chiens dans la vie de notre maîtresse. Alors en attendant on profite tous les trois de chaque moment passé en famille.
Je vous fais à tous des bisous et j'espère que notre bonheur saura convaincre d'autres adoptants de laisser une chance aux papis chiens, malgré nos poils blancs.

Coucou c'est Suzy, adoptée en décembre 2015 et rebaptisée Poupounette ou Gros-grosse, peut-être parce que je passe la plupart de mon temps à réclamer à manger, lol ! Vu mon grand âge (16 ans et demi), j'ai quelques exigences : interdiction de me toucher les pattes ou les oreilles plus de 5 secondes ! A part ça, il paraît que je suis super attachante et câline. C'est vrai que malgré ma surdité, je comprends tout de suite ce qu'on attend de moi...J'ai droit à 3 promenades par jour par mes maîtres qui sont aux petits soins pour moi. Et selon mon énergie du jour je ne dédaigne pas faire une partie de balle. J'ai depuis une semaine, un nouveau copain à la maison, de 14 ans adopté lui aussi à la SPA. Je lui ai bien fait comprendre dès le départ que j'étais la chef mais je dois reconnaître qu'il est aussi craquant que moi...N'hésitez pas, adoptez nos vieux copains qui sont encore en refuge, ne les laissez pas finir leurs jours derrière des barreaux, c'est trop triste !

Alors tout commence par une jolie photo de Bouboune (alias Pupuce chez vous)
Puis la magie s'est opérée rien que par cela puis son histoire.
Son histoire était telle que ma pauvre nénette à été abandonnée dans les bois malgré ses 16 ans presque 17.
Alors les présentations ont été faites entre moi sa « sœur » au refuge et cela s'est plutôt bien passé.
En la ramenant dans sa nouvelle maison elle a eu des appréhensions car la peur de la voiture puis le nouvel environnement ça a créé un stress mais nous avons su faire preuve de beaucoup d'affection et de patience.
Puis est venu le temps des vacances à Pornic où ça lui a fait du bien. La mer, sa maman ainsi que son papa l’ont rassurée et elle s'est sentie bien.
Maintenant elle a déménagé à la campagne ou nénette finit sa petite vie tranquille avec nous.
Elle est bien malgré son âge avancé de presque 18 ans le 1e juin prochain.
Elle a su nous apporter le bonheur de une ou deux fêtes en arrivant à la maison après le travail puis aussi les moments tendres de caresses acceptées au détour d'un déhanché au coin de la table basse puis le fait que ses nouveaux maître la rassurent au point de ne plus pleurer en voiture (chose qu'elle ne supportait pas encore 6 mois après son arrivée à la maison).
Par contre, malgré tout l'amour qu'elle nous porte encore pour le moment, nous nous sommes engagés à lui donner en priorité un foyer avec un repas 3 à 4 fois par jour car Bouboune est à un âge où c'est tout ce qu'elle demande. Nous espérons lui donner cela encore le plus longtemps possible.
Voici pour son histoire en espérant apporter un témoignage qui fera suite à une même expérience.

 

Partager l'article

Sur le même sujet :

Dispositif SOS

Concerne un animal, soit :

Aidez-le à prendre un nouveau départ !