Dans le cadre d’une offensive judiciaire incluant de nombreuses procédures, la SPA attaque les acteurs de la corrida devant le juge pénal

Après la plainte déposée contre la chasse à courre à la suite de la mort d’un cerf poursuivi dans une ville de l’Oise, la Société Protectrice des Animaux (SPA) a déposé lundi 6 novembre 2017 une nouvelle plainte visant cette fois la corrida. Cette action pour sévices graves et actes de cruauté est engagée devant le Tribunal de Grande Instance de Paris et vise les toreros, les sociétés organisatrices de spectacles de corridas, et les municipalités qui les autorisent. Le délit de sévices graves et actes de cruauté est puni de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

Pour la SPA, le texte pénal qui autorise en France les "courses de taureaux" doit être interprété de façon restrictive et ne peut s’appliquer aux corridas qui consistent à mettre à mort l'animal après de multiples tortures.

D’autres procédures seront lancées ayant pour objectif de mettre fin à d’autres pratiques intolérables comme l’exploitation des animaux dans les cirques, la chasse à courre, la fourrure, les conditions d’abattage ou encore l’expérimentation animale...

La SPA espère ainsi inciter les pouvoirs publics à modifier la législation pour répondre aux attentes fortes de la société en matière de respect de la sensibilité des animaux.

 

LA SOCIETE PROTECTRICE DES ANIMAUX

• Première association de protection animale, créée en 1845 et déclarée d’utilité publique en 1860

• 64 refuges et Maisons SPA, dont un Grand Refuge pour accueillir les équidés, ainsi que 12 dispensaires en France

• 650 salariés, 3 000 bénévoles

• 41 129 animaux adoptés en 2016

• Labellisée « Don en Confiance » par le Comité de la Charte depuis le 31 mai 2016

 

Contacts presse :

Emilie Massard - 01 43 80 73 19 / 06 73 23 63 16 - e.massard@la-spa.fr

Ségolène Fosse - 01 43 80 42 17 - s.fosse@la-spa.fr

Dispositif SOS

Concerne un animal, soit :

Aidez-le à prendre un nouveau départ !