RÉACTION DE LA SPA AUX PROPOS DU MINISTRE DIDIER GUILLAUME

Monsieur Guillaume, ministre de l’agriculture est intervenu ce matin, 28 janvier, sur RMC, sur le thème de la protection animale.

La SPA souhaite réagir à ses propos. Si elle se réjouit des avancées positives que sont l’arrêt, à terme, de la castration à vif des porcelets et du broyage des poussins, elle est très circonspecte sur les déclarations faites relatives aux animaux de compagnie et aux activités de cirque.

Sur ces points, le ministre tente un exercice d’équilibriste consistant à les évoquer, sans pour autant leur apporter une solution claire et complète. La SPA y lit une approche superficielle, sans vision stratégique et surtout sans véritable connaissance des besoins de la protection animale.

La SPA combat de façon historique la vente des animaux sur Internet, considérant que cette activité nie le caractère d’être sensible de l’animal, tel qu’il leur est reconnu par la loi, en le rabaissant au rang d’un bien de consommation. Elle approuve la déclaration du ministre, mais s’étonne qu’elle exclue la vente en animalerie de ce périmètre d’interdiction.

Oui, à la vente d’animaux par les seuls professionnels, sachant qu’un professionnel est celui qui fait naître ses portées, puis élève ses animaux et non l’entreprise qui se contente de les vendre comme des produits de consommation en misant sur l’attrait du public pour de très jeunes animaux. Cette activité est en grande partie responsable des abandons.

Sur les cirques, il n’est pas besoin de constater la maigreur d’un dromadaire pour découvrir un acte de maltraitance. Elle est consubstantielle à la détention d’animaux sauvages, dans des conditions ne respectant pas ses besoins physiologiques, conclusion unanime du collège d’associations réunies par le gouvernement sur le sujet. 

Quant à la corrida, les arguments tenus par monsieur Guillaume sont inacceptables, mais on comprendra qu’en ce domaine, l’exercice d’équilibriste soit encore plus difficile pour le candidat à la mairie de Biarritz.
Enfin, la SPA se réjouit d’entendre le ministre affirmer son souhait de travailler avec les associations, rôle de partenaire qu’elle lui a réclamé, sans l’obtenir, depuis sa prise de fonctions.

Dispositif SOS

Concerne un animal, soit :

Aidez-le à prendre un nouveau départ !